Elèves à besoins éducatifs particuliers

PARTAGER CETTE PAGE

Des tablettes tactiles au service des élèves avec autisme à l'I.M.E. du Haut Var

Depuis plusieurs années, les chercheurs ont observé que les personnes avec autisme de haut niveau entretenaient une relation «positive» avec les ordinateurs et étaient en capacité de progresser dans leurs apprentissages. Pourtant, les élèves déficitaires avec autisme de l’I.M.E. du Haut Var de Salernes ont un accès difficile à l’ordinateur : travail sur les plans horizontal et vertical en simultané, utilisation du clavier, manipulation de la souris. Afin de dépasser ces contraintes et pour profiter des avantages supposés de l’outil informatique, les enseignants de l‘école intégrée ont souhaité introduire l’utilisation de la tablette numérique auprès de leurs élèves.

Une expérimentation sur plusieurs semaines a été menée dans le cadre de la formation capa-sh d’Olivier Abelsador, un des enseignants qui accompagne scolairement des élèves déficitaires avec autisme. Avant la réalisation de cette expérimentation, nous pensions que la tablette numérique allait effacer les stimuli extérieurs qui faisaient obstacle à la  mobilisation des capacités attentionnelles des élèves.

 

L’analyse réflexive nous a proposé d’autres pistes. Pour certains, la tablette leur offre une porte d’entrée rassurante dans les apprentissages. Ils sont ainsi rapidement en situation de réussite et arrivent par la suite à se projeter dans un apprentissage où ils sont placés en face d’une nouveauté, d’une difficulté, et ceci sans angoisse. Pour d’autres, la tablette facilite l’organisation et la planification de leur action et ils arrivent dès lors à transférer leurs compétences acquises dans des situations concrètes nécessitant une manipulation. La tablette tactile fait donc office de médiation. Elle n’est pas un outil magique mais répond à un besoin précis pour permettre à l’élève avec autisme d’accéder à une marche supérieure dans ses apprentissages.

 

 

Les atouts d’un tel outil

  • Les consignes verbales et/ou visuelles faciles à mémoriser ou à reprogrammer.
  • L'impact de l’échec est relativisé par la possibilité d’effacer l’erreur et de recommencer l’activité sans injonction magistrale.

  • Elle permet également de contourner les déficits des élèves. Pour réussir à faire l’activité les élèves peuvent n’utiliser qu’un seul doigt (pas de médian crayon). L’enseignant peut adapter parfaitement l’activité aux capacités attentionnelles des élèves et il y a peu d’impact socio émotionnel.
  • La tablette numérique utilise les pics d’habiletés des élèves et contourne les particularités sensorielles (gestion de la luminosité, de l’intensité sonore, vitesse de défilement des unités). La manipulation de la tablette revêt un aspect ludique pour les enfants qui peuvent dès lors rester concentrés plus longtemps que lors d’une séance de travail sur papier ou de manipulation avec matériel.
  •  Elle est un vecteur d’apprentissage important mais pas exclusif. Elle n’est pas une solution unique, mais pour certains de nos élèves, un complément indispensable aux outils visuels et aux stratégies d’enseignement déjà mises en place. Il appartient à l’enseignant de veiller à la qualité des activités proposées dans une démarche pédagogique adaptée et de ne pas l’utiliser dans une dimension occupationnelle. Il ne faut pas non plus oublier d’estomper progressivement la guidance, l’objectif final doit rester la généralisation des apprentissages.

 

PARTAGER CETTE PAGE
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

Cartographie DSDEN


DISPOSITIF VIGIPIRATE

Consignes de sécurité

Services en ligne