En direct des écoles, collèges, lycées de l'académie

PARTAGER CETTE PAGE

Évènement littéraire au lycée Les Eucalyptus pour des élèves de 1ère Maintenance des Véhicules Automobiles
En direct des écoles, collèges, lycées,...

L’écrivain Gilles Marchand est venu au lycée Les Eucalyptus de Nice le vendredi 10 février 2017. A l’initiative d’une professeure de français, il est venu présenter pendant 2 heures au CDI son dernier roman «  Une bouche sans personne » à une classe d’élèves de 1ère de la voie professionnelle, l’occasion pour lui de répondre aux interrogations des lycéens. Le lycée attend déjà l’auteur et son prochain roman avec impatience.

Vendredi 10 février, l'écrivain Gilles Marchand est venu au lycée des Eucalyptus de Nice pour présenter son roman «  Une bouche sans personne » (Aux Forges de Vulcain, 2016) aux élèves de première Maintenance des Véhicules Automobiles (MVA1) et ce, à l'initiative de leur professeure de français, Nadine Géhin.

Gilles a su nous parler de la vie à travers ses rires et ses blessures 

Les élèves ont posé plusieurs questions à l'auteur : Comment le goût des mots vous permet-il d'attraper la gravité avec la légèreté de l'enfance ? Comment passe-t-on de batteur dans un groupe de rock à écrivain ? Comment réussit-on à parsemer de mystères et de fantaisie une histoire de famille ? Pour Kaïs, élève de cette classe de 1ère : « C'est peut-être parce que Gilles a su parler de la vie à travers ses rires et ses blessures ».

Pour les élèves, le roman Une bouche sans personne s'est révélé être une histoire de vie éblouissante, fragile et belle. « J'ai un poème et une cicatrice » ainsi commence le livre.  Cette aventure fracassante et drôle a éveillé la présence et l'écoute de tous.

« Un comptable à la vie bien réglée a des habitudes dans un petit café où des liens forts se sont tissés avec Lisa, la serveuse et quelques habitués. Ce sont des gens un peu inadaptés, des solitudes amies qui prennent plaisir à se retrouver. Un soir, l'écharpe qui cache le bas de son visage en permanence va être tachée de café. Pourquoi ce visage est-il dissimulé ? ». A la fois conte, poésie, histoire individuelle et histoire collective, ce roman en lien avec le programme de  terminale professionnelle creuse la question de la mémoire et de la filiation.

 « Une bouche sans personne »  a touché les lycéens niçois car tour à tour joyeux et triste, léger et profond, ce roman a su briser la réserve des élèves par sa simplicité et la force qu'il dégage. Au CDI, l'intérêt était collectif. De la lecture par l'auteur d'un passage empreint de douce folie et aux questions des élèves, les échanges sont passé de la confidence à la révélation du drame d'Oradour. Pour l'enseignante, ceux heures d'écoute et de partage ont été un réel bonheur.

Le lycée attend déjà l'auteur et son prochain roman avec impatience.

PARTAGER CETTE PAGE
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

Cartographie DSDEN

Services en ligne