Toute l'actu

PARTAGER CETTE PAGE

Battle poétique à Fréjus entre les lycéens de Gallieni et Albert Camus avec un projet slam
En direct des écoles, collèges, lycées,...

Deux enseignants en Lettres-Histoire-Géographie des lycées Gallieni et Albert Camus de Fréjus ont proposé cette année à leurs élèves un projet très original autour du Slam. Les 44 élèves de terminale professionnelle des deux lycées se sont préparés en ateliers d'écriture et d'oralité avec leurs professeurs et la Compagnie Les Ploutomaks de Toulon avant de s'affronter le 10 février 2017 pour une grande « battle » de slam.

20 élèves d'une classe de terminale esthétique-cosmétique-parfumerie du lycée polyvalent Albert Camus et 24 élèves d'une classe de terminale électrotechnique du lycée professionnel Gallieni participent ensemble à un projet très original autour de la découverte du mouvement artistique du slam. Florence Braun et Alexandre Frizzole, enseignants en Lettres-Histoire-Géographie, respectivement au sein des lycées Gallieni et Albert Camus de Fréjus se sont associés afin de proposer ce projet intitulé « Battle Camus vs. Gallieni » afin plusieurs objectifs : créer un moment et un espace de partage, d'écoute, entre lycéens et lycéennes de deux établissements voisins, développer des compétences rédactionnelles et d'oralité chez les élèves ou encore renforcer l'estime de soi.

Ce projet slam s'est notamment articulé autour d'ateliers d'écriture et d'oralité animés par Carole « K_Rol » Malirat, comédienne de la Compagnie Les Ploutomaks de Toulon.

Découvrir une nouvelle forme d'expression artistique

Le projet s'est conclu le vendredi 10 février 2017 par une « battle » poétique entre 16 élèves des deux établissements au forum Julii de Fréjus. Cette finale, animée par K_Rol a bénéficié d'une captation son et vidéo de la part des enseignants et d'une remise d'un diplôme et de deux places de cinéma pour les vainqueurs. Sohan est arrivé premier avec un long slam personnel sur son enfance et son avenir. Tifanny, deuxième, a bluffé le jury en parlant de guerre et de paix. Luca, troisième, a joué sur la concordance des temps avec beaucoup d'humour. Lucille, quatrième; a livré un texte très engagé sur les femmes, tandis que Cédric, cinquième, a séduit le public avec un beau texte d'amour.

Au delà des objectifs pédagogiques initiaux, le projet a permis de nouer ou de renforcer les liens entre des élèves de formations professionnelles très différentes, d'intégrer une démarche de respect et de découvrir une nouvelle forme d'expression artistique.

Le slam de Lucille, élève du lycée polyvalent Albert Camus

J'ai décidé d'utiliser mes 3 minutes pour me révolter

Je vois de plus en plus de femmes violentées, victimisées, humiliées

Par des êtres si peu développés

Pourquoi tant de « sexisme » ?

Surtout quand nous parlons de « civisme »

Sont-ils humains lorsqu'ils nous regardent comme des chiens ?

Ont-ils une part d'humanité quand la seule chose qu'ils savent faire c'est « insulter » ?

Je suis choquée de la façon dont certains sont élevés

Il n'y a plus de respect

La femme est maintenant devenue un objet

C'est horrible de ne pas pouvoir sortir sans craindre le pire

Horrible d'êtres si facilement victimes

Que sortir en jupe soit synonyme de crime.

Est-ce ça la finalité d'années de lutte pour la Liberté, pour l'Egalité ?

Est-ce tout ce que nous méritons ?

Je crains le pire pour les années à venir

Et c'est d'ailleurs pour cela que je m'engage dès aujourd'hui, à être une femme épanouie

Ne plus prendre en compte votre avis

Vivre ma vie de femme accomplie

Et si vous n'êtes pas assez ouverts d'esprit, alors tant pis

J'aimerais aussi, que chaque femme de la Terre

Où qu'elle soit sur la planète

Croie en ces valeurs, il ne faut plus avoir peur

Nous avons la chance de posséder un mouvement unificateur pour faire valoir nos valeurs

Car nous sommes des femmes

Et que chacune d'entre nous est unique

Peu importe sa religion, sa couleur de peau, son attirance sexuelle ou encore sa façon de s'habiller

Car notre plus grande peur mesdames, n'est pas celle d'échouer

Notre plus grande peur est de devoir montrer au monde entier la puissance de nos capacités

De révéler au monde notre lumière.

Slam de Danny, élève du lycée professionnel Gallieni

Quand je mourirai je mourrai d'rire

Je m'ouvrirai, m'enivrerai de jeux de mots et de délires

Quand j'mourirai je rirai dur.

En attendant qu'on fonce dans le mur,

J'm'en retourne vers le futur

J'ai jamais eu l'ambition de vous mettre à l'aise

Je suis plein de doutes, plein de dettes, futur recomposé,

Je trace ma route j'en profite pour remplir mes rimes de passé composé.

J'ai versifié comme remède à l'insomnie,

Alors j'ai aligné des phrases tant que j'ai encore le temps,

Même si je décohérence la concordance des temps.

Quand je mourirai je mourrai d'rire

Je m'ouvrirai, m'enivrerai de jeux de mots et de délires

J'mourirai j'm'enivrerai 15° cela devrait suffire.

Je conjugue à tort et à travers

A mesure que je descends les verres

Eh c'est quand même ça qui a inspiré les poètes !

Fais pas la moue, ta tête de midinette

Je sais que je suis délétère, éphémère sur cette terre

J'veux bien me taire

C'est de silence que j'm'enivre

Et d'acclamation si la note suffit à faire

De mon slam la meilleure sur cette terre

Le seul temps que je veux conjuguer c'est celui de vivre

Quand je mourirai je mourrai d'rire

D'écrire

De pâlir

D'abolir

De suffire

De ne pas réélire

Ni détruire

Ni frémir

Quand je mourirai je mourrai d'rire.
 
PARTAGER CETTE PAGE
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

Cartographie DSDEN

Services en ligne