Toute l'actu

PARTAGER CETTE PAGE

Signature d'une convention pour promouvoir l'éducation à la sexualité dans les établissements scolaires de l'académie
Brève

Lundi 11 juin 2018, le recteur Emmanuel Ethis a signé une convention de partenariat pédagogique avec le Réseau de périnatalité Paca-Corse-Monaco, l'Université Nice-Sophia Antipolis, l'École de sages-femmes du CHU de Nice, l'Institut de formation en masso-kinésithérapie niçois et le Conseil départemental des Alpes-Maritimes.

Cette convention s'inscrit dans le cadre de la mise en place dès la rentrée 2018 d'un service sanitaire qui initiera tous les futurs professionnels de santé aux enjeux de la prévention primaire.

Le lundi 18 juin 2018, la convention de partenariat pédagogique avec le Réseau de périnatalité Paca-Corse-Monaco, l'Université Nice-Sophia Antipolis, l'École de sages-femmes du CHU de Nice, l'Institut de formation en masso-kinésithérapie niçois et le Conseil départemental des Alpes-Maritimes a été signée en présence d'Emmanuel Ethis, recteur d'académie, chancelier des universités, Auguste Vérola, vice-président du Département des Alpes-Maritimes, Emmanuel Tric, président de l'Université Nice-Sophia Antipolis, Patrick Baqué, doyen de la faculté de médecine de Nice, Sergio Eleni Dit Trolli, vice-président de l'association Réseau de Périnatalité Paca-Corse-Monaco, Sandra Maccagnan, directrice de l'École de sages-femmes de Nice et Arnaud Choplin, directeur de l'Institut de formation en masso-kinésithérapie de Nice.

Mise en place d'un service sanitaire pour tous les futurs professionnels de santé

Les ministres des Solidarités et de la Santé et de l'Enseignement supérieur de la Recherche et de l'Innovation, Agnès Buzyn et Frédérique Vidal ont annoncé le 26 février la mise en place dès la rentrée 2018 d'un service sanitaire qui initiera tous les futurs professionnels de santé aux enjeux de la prévention primaire. Ce service sanitaire constituera aussi un vecteur de lutte contre les inégalités territoriales et sociales en santé.

Un projet « formation à la santé sexuelle par les pairs » sera mis en place à la rentrée 2018 dans l'académie de Nice. Plus de 300 personnes ayant une formation spécifique interviendront dans des collèges et lycées dès la prochaine rentrée scolaire.

 

Le principe s'inscrit dans les préconisations ministérielles :

  • Mise en place d'une unité d'enseignement « Éducation à la santé sexuelle » visant les étudiants de 3ème année de médecine, maïeutique et de kinésithérapie qui est obligatoire.
  • Le programme de formation de cette unité d'enseignement « Éducation à la santé sexuelle » est le fruit d'une réflexion commune entre tous les partenaires afin que l'éducation à la santé sexuelle dispensée par les étudiants prenne la forme d'une invitation à des échanges rigoureux réfléchis et pertinents.
  • Les interventions des étudiants seront réalisées dans les établissements scolaires mais aussi, en particulier dans les réseaux d'éducation prioritaire, dans des structures fréquentées par les parents et les élèves. 

Une éducation à la santé sexuelle qui s'inscrit dans le parcours éducatif de santé de l'élève

Cette éducation à la santé sexuelle s'inscrit dans le parcours éducatif de santé de l'élève et concerne les collégiens des classes de 4ème et 3ème et tous les lycéens. Elle participe à une éducation adéquate en matière de sexualité aussi bien en termes de risques que de potentialités, afin que l'élève puisse développer une attitude positive et responsable dans ce domaine et devenir un citoyen responsable et respectueux d'autrui.

Les adolescents sont peu réceptifs aux préconisations délivrées par les adultes. L'intervention de jeunes étudiants permet de construire une dynamique relationnelle au sein de laquelle agit la ressemblance entre l'individu qui possède le rôle d'intervenant, et celui qui occupe le rôle de destinataire. Il sera ainsi plus facile aux étudiants d'assurer auprès des élèves une approche positive de la santé sexuelle mais aussi de leur faire prendre conscience de la diversité des compétences nécessaires pour devenir un professionnel de la santé.

Lors des stages dans les établissements scolaires les étudiants auront à prendre en compte le parcours de l'élève et les problématiques de territoire associées pour assurer auprès des jeunes et des adolescents une prévention appropriée concernant les infections sexuellement transmissibles, la contraception et les interruptions volontaires de grossesse. Ils vont donc, au-delà de l'acquisition des connaissances scientifiques, acquérir des compétences relatives à la diffusion efficiente de ces dernières et indispensables aux professionnels de santé du 21ème siècle.

L'éducation à la santé sexuelle validée par cette convention est en cohérence avec le service sanitaire et constitue un réel enjeu de solidarité. Elle participe à l'éducation à la santé et à la citoyenneté des élèves mais aussi des étudiants futurs professionnels de santé.

 

PARTAGER CETTE PAGE
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

Cartographie DSDEN

Services en ligne