Toute l'actu

PARTAGER CETTE PAGE

Projets photographiques 2018/2019 des élèves des Alpes-Maritimes
Education artistique et culturelle

Du 24 au 30 juin 2019, les projets photographiques 2018/2019 des élèves des Alpes-Maritimes ont été exposés au Musée de la Photographie Charles Nègre à Nice. Cette exposition était le point d'orgue d'un projet de grande envergure réalisé en partenariat entre l'académie et la ville de Nice.

« Le partenariat entre la ville de Nice et notre académie a permis, cette année encore, l'élaboration d'une exposition de qualité des travaux des élèves, fruit d'une formidable collaboration entre le musée de photographie Charles Nègre, les artistes et les équipes enseignantes. A travers la visite des expositions temporaires, la rencontre avec les artistes et les équipes de médiation, mais aussi la mise en place d'ateliers de pratique photographique dans les établissements scolaires, accompagnés par des artistes reconnus, les élèves ont abordé un riche patrimoine photographique et sont allés à la rencontre de la création contemporaine. » explique Richard Laganier, recteur de l'académie de Nice.

Pour cette nouvelle édition, les projets des élèves ont été principalement axés autour de l'exposition consacrée à Berenice Abbott, photographie qui a réalisé dans les années trente, une topographie de sa ville natale, New York.

Les élèves ont donc, travaillé sur Nice et les lieux qu'ils fréquentent, interprétant les mutations urbaines ou valorisant l'architecture. D'autres élèves ont réalisé des projets sur des endroits familiers en se mettant en scène dans leur établissement ou en mouvement dans des espaces clos ou en extérieur. Ce type de projet a permis de les s'initier à la décomposition du mouvement propre à la photographie. Les écoliers quant à eux, ont produit des montages et des affiches originales.

Cette nouvelle édition de « projets photographiques 2018/2019 » regroupe plus d'une centaine d'œuvres émanant de 9 projets réalisés par des élèves d'écoles maternelles, primaires, collèges et lycées.

Mutations urbaines par l'école primaire Ronchèse de Nice

Avec l'aide de l'artiste photographe Simon Couvin, les écoliers de Ronchèse de Nice ont utilisé les techniques de décomposition et autres jeux visuels, afin de réaliser des photographies dans lesquelles les paysages urbains seraient en mouvement. Ce sont une classe de CE2 et les délégués de classes du CP au CM2 qui ont participé au projet. 

La réalisation de la ligne 2 du tramway à l'ouest de Nice a donné l'opportunité de mettre en œuvre ce projet. Des prises de vues de bâtiments, d'immeubles, ainsi que des œuvres d'art qui jalonnent cette ligne, ont été réalisées par les enfants, depuis le tramway en mouvement.

D'autres photographies ont été prises en extérieur, tout particulièrement de la sculpture Tutti frutti de Joanna Vasconcelos qui a séduit les élèves par ses couleurs, ses proportions, son originalité. Cette phase a permis de réfléchir à la perception du mouvement par le passager devenu, le temps d'un trajet, spectateur d'un paysage urbain déformé tantôt par la vitesse, tantôt par la lumière et autres effets d'optique.

La visite de l'exposition Berenice Abbott et la découverte de ses photographies d'immeubles, de mutations architecturales, ainsi que ses photographies scientifiques a également nourri leur imaginaire et leur réflexion.

Les images réalisées ont été analysées, triées, modifiées et retravaillées sur ordinateur par les élèves. Des filtres leur ont permis de créer l'illusion du flou, du mouvement. Ces clichés ont été ensuite superposés avec d'autres où les élèves se sont pris par deux en train de photographier.

Les photographies du cornet de glace Tutti frutti ont été, elles aussi, transformées par des effets de distorsion et autres procédés de détournement, de façon à raconter une petite histoire.

Une autre série de clichés a été réalisée par les délégués des classes, dans le but de découvrir et photographier le parcours actuel du tramway, jusqu'au terminus. Il donne lieu à une série de photographies, alternant vues d'ensemble et gros plans, dans lesquels on découvre une architecture aux lignes géométriques, à la fois moderne et urbaine.

Suite à leur implication dans ce projet, les écoliers ont été invités à immortaliser l'inauguration de la ligne 2 direction Jean Médecin, le vendredi 28 juin 2019.


 


Kaléidoscope architecturel par l'école maternelle Jean-Marie Hyvert de Nice

Ce projet a été construit dans la continuité de Berenice Abbott. Les photos, non retouchées, ont été prises autour de l'école. Le but était de voir et vivre l'architecture autrement, la révéler, se révéler mais aussi de permettre aux adultes de redécouvrir ce qu'il ne perçoit plus, au travers de photographies numériques prises à hauteur d'un écolier de maternelle.

Les pitchouns à l'affiche par l'école Jean-Marie Hyvert de Nice

À l'occasion de l'anniversaire des 100 ans des studios de la Victorine, la classe de moyenne et grande section a travaillé sur diverses affiches de film. Les élèves ont ensuite produit la leur à partir d'une histoire inventée par groupe. Le fond et le titre ont été réalisés par des collages en classe. C'est avec Simon Couvin, artiste photographe, qu'ils ont incarné leur personnage en se déguisant et en mimant des scènes de leur film devant l'objectif sur ses conseils bienveillants et avisés. Simon Couvin a, pour finir, réalisé un subtil montage entre les différents supports et cinq affiches de films sont ainsi nées.


Je me souviens... par le collège La Bourgade de La Trinité

Les élèves de 3ème ont photographié les endroits familiers dans leur collège, ceux où ils passent le plus de temps, mais aussi les visages de leurs camarades. Par la surimpression et le travail du texte après l'étude de Georges Perrec, la photographie a permis d'approcher les souvenirs et les sensations parfois diffuses de cette période bientôt révolue.


Pas cette heur' welcome du lycée Louis Pasteur de Nice

Après la visite de l'exposition Berenice Abbott, les lycéens ont voulu mettre en valeur leur établissement et son environnement proche. L'artiste a immortalisé l'architecture de New York ; ils en ont fait de même avec le cadre de vie lycéen. En six séances, ils ont découvert l'univers de la photographie avec notamment le procédé argentique et les prises de vue en extérieur. 

Les collages « patchwork » ont mis en évidence divers endroits du lycée et ses environs avec des angles de vue différents. Le cadre présent sur les photographies permet à chacun d'entre eux de pointer l'élément singulier du lieu de vie. Ce projet leur a permis de porter un regard différent de celui du quotidien, de repérer des endroits insolites et de mémoriser cette découverte dans un cliché. Ce sont les élèves de la Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire (MLDS) qui ont participé au projet.

Ne bougeons plus ! ou l'immobilité impossible par le collège Saint-Exupéry de Saint-Laurent-du-Var

Les élèves de 4ème SEGPA (section d'enseignement général et professionnel adapté) ont photographié un atelier de danse contemporaine organisé par la chorégraphe Magali Lesueur. Ils se sont posés la question du mouvement en photographie, mais aussi du mouvement du photographe lui-même, de son positionnement. A contrario, les portraits dont les élèves sont les acteurs révèlent l'immobilité impossible.

La Tour de Nissa par le lycée Vauban de Nice

Dans ce projet, les élèves de 3ème PEP (préparatoire à l'enseignement professionnel), célèbrent l'architecture niçoise par sa pluralité, sa spécificité, en s'inspirant de la Tour de Babel. Deux aspects ont été les bases du projet pédagogique : le bâti et sa multiplicité, permettant de s'approprier leur ville et de poser sur elle, un regard neuf et créatif.

À partir de leurs photos, les élèves ont cherché à créer ensemble un nouvel espace, un lieu de mixité sans contrainte de règles de perspective, de proportion ou de réalisme. À travers le prisme de l'architecture, ils ont construit leur vision de la cité, et ont révèlé l'expérience de leur ville.

Pour ces élèves scolarisés au lycée professionnel du bâtiment, c'était un moyen de donner un aspect artistique à leurs apprentissages professionnels mais également d'affûter leur rapport à l'image, à son usage et à sa manipulation.


Portraits, le temps d'une pose/pause par le lycée Thierry Maulnier de Nice

Ce travail s'inscrit dans le projet d'éducation aux médias et à l'information, Engagez vous ! De l'élève citoyen au citoyen journaliste. Cette année, les élèves ont accueilli et interviewé plusieurs acteurs du changement : Philippe Danaé (ADSEA), Cécile Césarini (Alter Egaux), Jean-Pierre Cagna (Banque Alimentaire) et Christine Gasque (UNICEF) qui étaient venus partager des informations sur leur structure et leurs missions ainsi que des valeurs. 

Après un travail autour de l'exposition « Topographies », les élèves ont réalisé des portraits à la manière de Berenice Abbott. Une exceptionnelle mise en lumière d'hommes et de femmes de terrain.

La participation au « Boys' Day Girls' Day », organisé par Alter Égaux et l'académie, a ensuite permis à deux élèves de s'essayer au photoreportage. Lors de ce « rallye mixité », des professionnels se rendent disponibles pour témoigner de leur quotidien, partager leur passion.


Détruire, constuire et se construire du collège Port Lympia de Nice

Les élèves du dispositif Relais ont réalisé des photographies en s'inspirant du Changing New York de Berenice Abbott. Les élèves ont associé des instants disparus à des lieux et à des compétences en construction, symbolisant ainsi leurs vies en perpétuelle disparition-construction. En les incitant à regarder vers leur passé, vers l'instant disparu, les éducateurs et le coordonateur-enseignant ont souhaité leur faire prendre conscience du présent et envisager leur avenir en train de se construire.

PARTAGER CETTE PAGE
  • Imprimer
  • Agrandir / Réduire

Cartographie DSDEN


DISPOSITIF VIGIPIRATE

Consignes de sécurité

Services en ligne